enfant roi

On a beau dire que cette période est révolue, cela ne nous empêche pas d’en croiser plein la rue !

Vous êtes parents, vous ne savez plus comment faire avec votre petite terreur qui essaie de faire sa loi à la maison (et également en dehors) ? Il n’est jamais trop tard pour recadrer un enfant.

 


1 – L’écouter parler de sa vie

Il est important d’écouter l’enfant. Pour lui, ce qui se passe dans sa vie est du jamais vu. Il a l’impression que tout ce qui lui arrive est extraordinaire et unique. Cela peut parfois vous ennuyer mais vous êtes son référant et c’est de votre attention et approbation dont il a besoin.

2 – Chacun son tour

En respectant le premier conseil, il apprendra que chacun a besoin de son temps de parole et d’expression. Couper la parole n’est pas correct. Il doit comprendre que, comme vous l’écoutez, il doit également laisser les autres s’exprimer.

3 – C’est un enfant

Il faut réussir à mettre des frontières entre les discussions d’adultes et celles avec les enfants. Ainsi, vous pourrez éviter de plonger l’enfant dans le monde des adultes trop vite. Afin de se construire, le moment de la naïveté ne doit pas être épargné. Il n’a pas besoin de connaître les problèmes financiers de la maison, les problèmes d’adultes…

4 – Tout n’est pas mignon

Nous avons déjà tous souri devant une remarque déplacée d’un enfant. Un peu choqué quand même, mais attendrissant : c’est un enfant. Qu’en sera t-il lorsqu’il deviendra adolescent ? Il ne sera plus l’enfant mignon, il deviendra l’adolescent insolent. Afin de ne pas en arriver là, il faut retenir son sourire, voir son rire, et lui démontrer que ses propos ne sont pas corrects venant de la bouche d’un enfant (ni d’un adulte d’ailleurs).

5 – Ne pas revenir sur ses propos

Nous entendons souvent : « non, c’est non ! ». Nous savons ce qu’il en est. Et le « oui, c’est oui » ? Il est bon que l’enfant apprenne la frustration de ne pas avoir tout ce qu’il désire, mais il ne faut pas pour autant lui ouvrir les yeux trop vite sur un monde d’injustice.
Au même titre que votre refus qui se doit de rester ferme, vos acceptations ne doivent pas être retirées.


 

Voilà 5 règles qu’il est bon d’essayer de suivre. Mis en place par des pédopsychiatres, ces conseils sont sûrement très difficiles à pratiquer au quotidien.
Alors à la rédac’, nous en ajoutons un que nous jugeons primordial : Gardez du temps pour vous. Privilégiez votre statut de femme et de couple.

Bon courage !